Facebook Pixel

L'article du mois

L’oraison psalmique du psaume 84 par Bénédicte Ducatel

L'ntelligence de la prière des Heures

« Tu as tant aimé notre terre, Seigneur, que tu as fait germer en elle ta justice, Jésus, fruit de Marie et don du ciel. Par lui, plein de grâce et de vérité, ta gloire a demeuré chez nous. Puisqu’il est venu à nous pour que nous revenions à toi, fais-nous voir son amour et donne-nous sa paix. »

Amour

Le psalmiste ne tarit pas d’éloges devant l’œuvre de Dieu dont il énumère les diverses facettes en une litanie d’émerveillements qui se fonde sur l’inaltérable amour de Dieu pour les hommes. Tu as aimé, Seigneur, cette terre (Ps 84, 1) à tel point que tu as pardonné les fautes des hommes et fait taire ta colère à leur encontre. Jésus, lorsqu’il enseigne Nicodème, reprend le propos du psalmiste en affirmant : « Dieu a tellement aimé le monde. » Mais il révèle le moyen que Dieu prend pour faire revenir à lui tous les hommes : « Il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne se perde pas » (Jn 3, 16).

L’oraison joue avec les mots du psaume pour nous faire entrer dans la compréhension du projet de Dieu. La vérité germera de la terre et du ciel se penchera la justice, dit le psalmiste (v. 12), « tu as fait germer en elle ta justice, Jésus, fruit de Marie et don du ciel », enchaîne l’oraison. C’est bien en se penchant vers la terre que Dieu a fait germer la « justice » dans le sein de Marie. Jésus est bien « fruit de Marie et don du ciel », mais plus encore, il est le Fils unique, plein de grâce et de vérité (Jn 1, 14).

Gloire

Que dira le Seigneur Dieu ? (v. 9). En écho au psaume 84, qui interpelle Dieu avec grande confiance : N’est-ce pas toi qui reviendra nous faire vivre ? (v. 7) et affirme sa foi en assurant que la gloire habitera notre terre (v. 10), le prologue de saint Jean donne à entendre la réponse définitive de Dieu : Et le Verbe s’est fait chair, il a habité parmi nous, et nous avons vu sa gloire (Jn 1, 14). Jésus a révélé aux hommes le visage du Père, que personne n’a jamais vu, il nous l’a fait connaître en manifestant aux hommes la gloire qu’il tient de son Père comme Fils unique.

Revenir

Le verbe « revenir » tient une place importante dans le psaume. Sur cinq emplois, quatre se réfèrent à Dieu : Tu as fait revenir les déportés (v. 2) ; tu es revenu de ta grande fureurFais-nous revenir à toi (v. 4-5) ; N’est-ce pas toi qui reviendras nous faire vivre ? (v. 7). Dieu se penche vers l’homme, il vient vers lui, pour le faire revenir à lui et le combler de ses bienfaits. C’est bien ce que dit l’oraison : Jésus « est venu à nous pour que nous revenions à toi », Dieu notre Père.

Fondés sur cette assurance, après avoir fait mémoire de l’œuvre d’amour du Père, l’oraison nous ouvre à la demande : « Fais-nous voir son amour et donne-nous sa paix. » Ce faisant, elle entremêle la prière du psalmiste : Fais-nous voir, Seigneur, ton amour (v. 8), et transforme son attente du salut, en attente de la paix, car, dit saint Paul, c’est lui, le Christ, qui est notre paix (Ep 2, 14)Dieu a tellement aimé le monde qu’il nous donne son Fils, notre paix.