L'article du mois

Bénédicte Ducatel

Sanctifier le temps par Bénédicte Ducatel

 

Depuis l’origine, MAGNIFICAT dispense de mois en mois une formation sur la liturgie des Heures. Ainsi, ces dernières années, avons-nous évoqué l’histoire de cette prière de l’Église, ensuite, avec un regard spirituel, nous avons mis en évidence sa structure puis son lien particulier avec la vie chrétienne, et l’an dernier, notre regard s’est porté sur le Christ tel qu’il se donne à contempler dans les psaumes. Quelques-uns ont été proposés en manière d’exemple pour éduquer notre regard de foi. Mais, comment l’Église organise-t-elle la prière ? Cette année, nous voudrions plonger dans le contenu de la prière des Heures et vous donner des repères pratiques, sans toutefois perdre de vue ce qui est au cœur de la prière : la rencontre du Christ qui, dans le souffle de l’Esprit, nous conduit au Père.

 

Les différentes heures du jour  

« Sanctifier la journée et toute l’activité humaine est l’un des buts de la liturgie des Heures1. » Pour réaliser ce désir de sanctification du temps, dans le double sens de porter devant Dieu nos activités humaines et recevoir, a l’intime de nous-mêmes, la sainteté de Dieu au cœur de nos activités, l’Église nous propose de revenir à la source de notre vie à différentes heures du jour. Le matin – laudes – et du soir – vêpres –, qui sont comme les deux pôles principaux de la prière chrétienne ; l’office des lectures qui est un temps de méditation de la parole de Dieu et d’auteurs spirituels, office qui, en certaines circonstances, peut-être plus développé, a l’image de la vigile pascale ; les petites heures que sont tierce, sexte et none ; et pour clore la journée, l’office des complies. Sept offices sont ainsi proposés pour « consacrer tout le cycle du jour et de la nuit2 ».

 

Moines, religieux et laïcs  

La liturgie des Heures, qui « est considérée à juste titre comme l’une des fonctions principales de l’Église3 » et ne doit, « ni par son origine ni par sa nature, être réservée aux moines » parce qu’elle « appartient à toute la communauté chrétienne », connaît des adaptations légitimes. Si les moines chantent les sept offices du jour avec un juste déploiement, il n’en va pas de même des prêtres et des religieux engagés dans l’action apostolique, ni des laïcs pris dans la vie professionnelle et familiale. Prêtres et religieux rassemblent les trois petites heures en une seule heure – l’heure médiane – qu’ils prient quand ils en ont la possibilité : en milieu de matinée, à l’heure de midi, ou en début d’après-midi. Aux laïcs, il est conseillé de dire les deux heures principales du matin et du soir. A chacun de voir ce qu’il peut faire selon les circonstances de sa vie, une personne à la retraite ajoutera l’heure médiane et l’office des lectures, quand un homme en pleine activité priera les offices du matin et du soir et qu’une mère de famille avec de jeunes enfants trouvera dans MAGNIFICAT la nourriture adaptée pour sanctifier ses multiples activités.

 

1. Constitution sur la liturgie, n°88

2. Constitution sur la liturgie, n° 94.

3. Présentation générale de la Liturgie des Heures, n° 1.