L'article du mois

Bénédicte Ducatel

Une pause au milieu du jour par Bénédicte Ducatel

 Le commandement de « prier sans cesse » a pris de multiples formes au cours de l’histoire de l’Église, entre autres celle de s’arrêter au cours de ses activités du jour pour prier. L’office du milieu du jour, ou Heure médiane, en est une des formes.

Des temps pour se poser en Dieu

Les Constitutions apostoliques, un texte composite du ive siècle, invitent ainsi les fidèles : « Priez le matin, à la troisième heure, à la sixième heure, à la neuvième heure, le soir, au chant du coq. Le matin, rendez grâce parce que le Seigneur vous a illuminés en chassant la nuit et en amenant le jour. A la troisième heure parce que le Seigneur y encourut la sentence de Ponce Pilate. A la sixième heure parce qu’il y fut crucifié. A la neuvième heure parce qu’au moment où le Seigneur était en croix, toute [la création] fut secouée1… » L’Occident aussi bien que l’Orient ont conservé cette habitude de prier à la troisième heure, à la sixième heure et à la neuvième heure, inscrivant le mystère pascal de la mort-résurrection du Christ dans sa vie quotidienne. Moines et moniales continuent de se réunir pour chanter ces sobres « petites Heures », quand prêtres, religieux et laïcs engagés dans le monde et la vie apostolique se concentrent sur une seule de ces trois Heures, choisissant le moment favorable pour revenir à Dieu : milieu de matinée, midi ou début d’après-midi. 1. Constitutions apostoliques, VIII, 34, 1-7.

Une forme dépouillée

L’office du milieu du jour est un office très simple qui se dit sans emphase ni déploiement particulier. Après l’introduction et l’hymne, qui marque l’Heure – trois sont au choix en temps ordinaire pour garder la vérité de l’Heure – et le temps liturgique, vient la psalmodie, puis la parole de Dieu, brève, le répons et l’oraison de conclusion. La psalmodie tient une place importante puisqu’y figurent trois psaumes, ou sections de psaume s’il s’agit de psaumes trop longs. Le psaume 118 y tient une place tout à fait centrale : ses vingt-deux sections apparaissent tour à tour presque chaque jour des quatre semaines du cycle des Heures. Le psaume 117, psaume pascal par excellence, est chanté un dimanche sur deux, et le psaume 21 occupe le vendredi de la troisième semaine. D’autres psaumes, en général courts, complètent ce cadre.

Un réconfort pour l’âme

A l’heure où « le jour est dans tout son éclat », nous venons reprendre souffle auprès de celui qui nous donne la vie et lui redire en toute confiance : « Nous t’adorons, ô Dieu puissant […], emplis nos cœurs de ton amour. » Mais c’est aussi le temps où nous revenons quémander la puissance de l’Esprit pour que nos vies « s’enflamment de charité ». Lorsqu’au milieu du jour, nous nous rendons compte que nous sommes dispersés, énervés, mécontents de nous-mêmes, la prière nous fait redire que notre Dieu est « sans changement », réconfort pour notre âme agitée qui peut alors reprendre souffle pour continuer le chemin.