L'article du mois

Bernadette Mélois

Les Œuvres Pontificales missionnaires par Bernadette Mélois

 

Pour que vive l’Église, partout dans le monde

 

Tous, nous avons entendu parler de la Semaine missionnaire mondiale conclue par le Dimanche des missions qui, chaque année, donne au mois d’octobre une couleur particulière dans le sillage de la fête de la petite Thérèse, patronne des Missions. Mais savons-nous ce que sont les Œuvres pontificales missionnaires qui sont au centre de cette semaine missionnaire ? Savons-nous qu’à longueur d’année, elles sont les « instruments de communion entre les Églises favorisant et réalisant un partage de personnes et de ressources économiques », comme le rappelle le pape François ?

Une histoire

À l’origine, une jeune fille, Pauline Jaricot, se détourne à 17 ans de la vie facile qui lui est dévolue par son statut de fille d’industriels lyonnais pour s’associer à des ouvrières des usines de son père et constituer une chaîne de prière et de solidarité en vue de soutenir les missions dans le monde. Elle met au point un système ingénieux : il s’agit de réunir dix personnes qui donneront un sou par semaine en échange d’une intention de prière pour les missions, tout en recrutant dix autres donateurs qui feront de même et ainsi de suite. Les petits ruisseaux font les grandes rivières ! Il ne faut que trois années pour que soit officiellement fondée, le 3 mai 1822, l’œuvre de la Propagation de la foi. Sa croissance rapide à travers la France et l’Europe attire l’attention du Saint-Siège. Cent ans plus tard, en mai 1922, associée à l’œuvre de Saint-Pierre-Apôtre, elle reçoit un statut pontifical, qui lui permet une implantation à travers le monde, et prend le nom que nous lui connaissons aujourd’hui : les Œuvres pontificales missionnaires.

Un engagement pour aujourd’hui

La Semaine missionnaire mondiale a donc pour but de soutenir par la prière et par l’offrande, d’un « sou » ou de bien plus, les lieux de mission à travers le monde. Et les Œuvres pontificales missionnaires (OPM) ont la lourde charge d’harmoniser le soutien financier et d’en garantir la distribution équitable, selon la belle formule de Pauline Jaricot : « De la part de tous selon les possibilités, à tous selon les nécessités ! » L’évangélisation est au cœur des projets soumis à l’approbation des OPM, sans exclure ceux d’ordre caritatif, social ou médical qui donnent à l’annonce de la foi sa dimension incarnée. Mais les OPM ne sont rien sans nous, comme Pauline Jaricot n’était rien sans les foules qui ont répondu à son appel à élargir leur cœur.

Un Carême missionnaire

Le partage est un des trois axes du Carême que l’Évangile du mercredi des Cendres nous rappelle avec force. La solidarité universelle est un mouvement du cœur qui naît de la rencontre du Christ, de l’écoute de sa parole, de l’imitation de sa vie. Pauline ne demandait qu’un « sou » aux pauvres ouvrières de Lyon en leur confiant une intention de prière. Toutes ensemble, elles ont porté l’élan missionnaire du XIXe siècle. Au fil des semaines, nous avons choisi de vous présenter cinq missions prises en charge par les OPM. Cinq missions parmi la multitude qui attend notre soutien. Les trois axes du Carême, partage, prière, jeûne, marquent notre vie chrétienne du sceau de la conversion ; que le Seigneur au fil des jours éclaire notre chemin commun vers la Pâque.

 

Pour en savoir plus, pour faire un don :

5, rue Monsieur – 75343 Paris Cedex 07

Tél. 01 53 69 17

40 ou 12, rue Sala

69287 Lyon Cedex 02

Tél. 04 72 56 99 50

Site web : www.mission.catholique.fr