L'éditorial du mois

Bernadette Mélois, rédactrice en chef

Notre Roi, le Christ pauvre par Bernadette Mélois, rédactrice en chef

« Les pauvres sont nos maîtres », disait saint Vincent de Paul. Quatre siècles plus tard et bien des progrès techniques accomplis, la pauvreté reste un écueil majeur de notre société au point que le pape François, à la fin de l’Année de la miséricorde, a décrété une Journée mondiale des pauvres. Lecteurs de Magnificat, habitués à la prière qui nous unit au Christ, comment allons-nous donner une expression visible à cette attention aux pauvres ? À chacun de répondre selon sa situation propre car il n’y a pas une seule et unique manière de se mettre à l’école des pauvres. Mais ils sont la voie privilégiée pour rencontrer le Christ, l’écouter et le servir car, dit Jésus, chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait.

Le Christ s’est fait pauvre à cause de vous, pour que vous deveniez riches par sa pauvreté, disait saint Paul aux Corinthiens (2 Co 8, 9), il y a donc une richesse à acquérir en nous mettant à l’école des pauvres, des marginaux, des exclus de toutes sortes. Une richesse comparable à celle que nous recevons en nous mettant à l’école de la parole de Dieu. La richesse de l’écoute respectueuse, la richesse de l’humilité, du pardon, du partage, de la fraternité, car le frère est pour nous une parole vivante qui, loin des mots et des réflexions, exige une mise en pratique simple et souvent silencieuse. En ce mois, prions les uns pour les autres, pour que le Christ pauvre soit notre Roi.