L'éditorial du mois

Bernadette Mélois, rédactrice en chef

La manne de l’été par Bernadette Mélois, rédactrice en chef

L’été est le temps des moissons, le temps où l’on engrange ce que la terre livre dans sa généreuse fécondité. Même si pour beaucoup aujourd’hui, le lien à la terre nourricière est ténu, il n’en reste pas moins vrai que du fruit des récoltes dépend notre survie quotidienne. Et voilà qu’en ces jours d’été, la liturgie nous fait entendre le discours de Jésus sur le pain de vie.

Tout commence comme un jour de vacances.Autour d’un lac, des gens montent en barque, joyeuse compagnie tout excitée à l’idée de retrouver ce Jésus qui les a si bien nourris la veille. C’est à Capharnaüm – littéralement, la ville du Consolateur – qu’il les attend pour leur faire part d’une révélation des plus difficiles à « digérer ». Si au désert nos pères ont mangé la manne, ce pain venu du ciel, Jésus, lui, s’affirme comme étant le vrai pain venu du ciel, manne d’un genre tout à fait nouveau et déroutant. Il nous faut bien deux mille ans de christianisme pour ne pas être interloqués par les propos de Jésus : « Qui mange ma chair et boit mon sang… » Quelle audace ! Mais justement après deux mille ans, ne sommes-nous pas un peu anesthésiés, trop habitués à cet inconcevable mystère dont dépend notre vie, éternelle ?

Profitons de l’été pour entrer dans le champ de la parole de Jésus, le labourer en profondeur et en récolter les fruits. Un beau devoir de vacances pour ceux qui se reposent, une source de force et de joie pour tous les autres. Marie, notre mère, saura nous y aider.