Facebook Pixel

L'article du mois

Question du mois par La rédaction

Antiennes mariales

  • Pourquoi les antiennes mariales de l’office de complies changent-elles au fil de l’année ?

L’office de complies est la dernière prière du soir avant le repos de la nuit. Marquant la fin de nos activités, il s’achève sur la douceur d’une note mariale : l’antienne à la Vierge traverse la nuit.

Pour entrer dans le silence de la nuit, quatre antiennes mariales nous offrent de nous en remettre à la bienveillance maternelle de la Vierge Marie. La finesse de leurs textes s’ajuste à la coloration du temps liturgique. L’Alma Redemptoris Mater présente la Sainte Mère du Rédempteur comme co-participante aux événements de l’Incarnation, c’est pourquoi cette antienne nous dispose, particulièrement pendant les temps de l’Avent et de Noël, à contempler dans la crèche la présence silencieuse de la Vierge aux côtés de l’enfant Jésus.

La prière mariale de l’Ave Regina caelorum (Salut, Reine des cieux) accompagne plus volontiers le temps du Carême alors que l’Église chante l’aurore du salut annoncé. Le Regina caeli est chanté de Pâques jusqu’à la Pentecôte, il n’exprime plus « la vallée des larmes » mais la joie de la résurrection du Christ.

Enfin, en tout temps, en chantant le Salve Regina, la plus connue de toutes les grandes antiennes, nous nous tournons vers notre mère de miséricorde.