L'éditorial du mois

David Gabillet, rédacteur en chef

Vivre de la patience de Dieu par David Gabillet, rédacteur en chef

L’Évangile lu lors de la fête de saint Matthieu nous présente le futur Apôtre assis, installé dans sa posture de collecteur d’impôts, profession composée de pécheurs au service de l’occupant romain. Soudain, Matthieu entend : « Suis-moi. » Cet appel de Jésus le relève, le met en route. La liturgie nous invite – et c’est heureux – à écouter ce passage en ce mois de rentrée. Nous l’entendons du Christ ressuscité comme une relance à suivre notre vocation par-delà nos péchés. La fidélité de Dieu et sa patience nous ouvrent de nouveaux départs : Le Christ Jésus est venu dans le monde pour sauver les pécheurs ; et moi, je suis le premier des pécheurs. Mais s’il m’a été fait miséricorde, c’est afin qu’en moi le premier, le Christ Jésus montre toute sa patience, révèle saint Paul. Peu importent notre âge, nos responsabilités et nos pesanteurs : nous sommes tous appelés par le Christ à nous lever et à vivre la fidélité et la patience reçues de Dieu. Pour commencer, dans la prière : « Aie patience pour persévérer dans le saint exercice de la méditation et sois content de le commencer à petits pas, jusqu’au moment où tu auras des jambes pour courir ou, mieux encore, des ailes pour voler », enseignait saint Padre Pio.

Quels que soient nos engagements en ce début d’année, gardons au cœur le propos de saint Vincent de Paul : « Le temps change tout. » Il ajoutait : « Pour que les choses avancent, il y faut du temps et de la patience. »