Facebook Pixel

L'éditorial du mois

Entre dans la joie de ton Seigneur par David Gabillet, rédacteur en chef

La nouvelle traduction du Missel romain offre un moment favorable pour porter une attention particulière à la prière reçue de l’Église afin qu’elle résonne en nous, comme renouvelée. Tendons l’oreille, la dernière semaine avant Noël : « Qu’il nous trouve, quand il viendra, vigilants dans la prière et remplis d’allégresse » (2e préface de l’Avent).

« Vigilants dans la prière » car l’Avent n’est en rien une attente passive, mais une veille, un temps de participation active à la prière d’action de grâce que le Christ fait monter vers son Père. Pleinement présents à ce que nous écoutons, faisons, disons, nous nous disposons à accueillir le Verbe de Dieu en notre esprit, notre parole, notre cœur, afin que le Christ puisse naître et grandir en nous par la puissance de l’Esprit. Ce même Esprit que nous invoquons sur le pain et le vin pour qu’ils « deviennent pour nous le corps et le sang de Jésus, le Christ, notre Seigneur » que nous pourrons recevoir à la communion.

Veilleurs, nous sommes aussi « remplis d’allégresse », assurés que « Dieu est rendu fou par son amour à notre égard », comme l’ose Maître Eckhart dans un de ses sermons de Noël. Amour fou qui suscite une grande joie pour tout le peuple car le Seigneur s’est penché sur son humble servante, et « il devient tellement l’un de nous que nous devenons éternels » (3e préface de la Nativité). Tel est l’amour de Dieu, que toute une vie ne saurait mesurer.

Joyeux et saint Noël à chacune et à chacun !