L'éditorial du mois

David Gabillet, rédacteur en chef

D’amour et de feu par David Gabillet, rédacteur en chef

À la Pentecôte, des langues qu’on aurait dites de feu descendent sur la communauté rassemblée au Cénacle. Cette scène porte en écho ces paroles de Jésus que nous entendrons au cœur du prochain été : Je suis venu apporter un feu sur la terre (Lc 12, 49).

Voici maintenant ce feu allumé. Feu de l’Esprit qui « réchauffe ce qui est froid » (Séquence de la Pentecôte) ; feu de l’Esprit qui nous introduit dans l’échange brûlant d’amour qu’est la Trinité que nous adorons car notre Dieu est un feu dévorant (He 12, 29) ; feu de l’Esprit qui consacre le pain et le vin pour qu’ils deviennent le corps et le sang du Christ offert en holocauste ; feu de l’Esprit qui enflamme notre cœur - notre « foyer central » comme disait saint Jean-Paul II - de cet amour divin qui nous « brûle d’une charité qui nous attire toujours vers le Christ » (Messe du Sacré-Cœur). L’Esprit est un feu d’amour, un contre-feu envoyé par le Père et le Fils pour nous défendre face au feu du péché qui nous tourmente et veut réduire notre cœur en cendres ; ce feu certes menaçant – « un tout petit feu peut embraser une très grande forêt » dit saint Jacques – pourtant déjà étouffé par la miséricorde de Dieu.

Le 24 juin, les feux de joie allumés pour la fête de la naissance de saint Jean-Baptiste, qui a annoncé notre baptême dans l’Esprit Saint et le feu (Mt 3,11), seront autant d’occasions de prier l’Esprit. Que par lui, nos rencontres quotidiennes soient chaleureuses en Christ et qu’elles attisent la soif de Dieu.