L'éditorial du mois

David Gabillet, rédacteur en chef

Une entrée en solitude par David Gabillet, rédacteur en chef

Jacob resta seul. Voici ce que nous donne à entendre la liturgie du 2e mardi de ce mois. Période de voyage et de villégiature pour beaucoup, la séquence estivale ouvre aussi un temps de solitude pour nombre d’entre nous : solitude bienvenue lorsqu’elle offre une parenthèse au rythme familial, parfois effréné, de l’année scolaire ; ­solitude recherchée d’un temps de retraite spirituelle ; solitude éprouvante, aussi, lorsque nous restons tandis que les visages qui peuplent nos rencontres quotidiennes ont quitté nos villes et nos villages. Elle vient alors nous accabler douloureusement de son poids d’abandon. Si nous peinons sous le poids du fardeau de la solitude, nous pouvons aller au Christ pour trouver en lui le repos. Un temps d’isolement peut être l’occasion de rencontrer Dieu face à face. Ainsi le dit Isaac le Syrien : « Celui qui aime s’entretenir avec le Christ aime être seul. » Notre solitude se trouvera alors « habitée » dans la prière.

Que la solitude soit recherchée, ou simplement acceptée, nous ne sommes jamais totalement seuls. Le Christ est toujours présent en nous par son Esprit – elle est tout près de toi, cette Parole – qui inspire les mots de la prière de l’Église. En les mettant sur nos lèvres avec Magnificat, nous rejoignons mystérieusement ceux qui ne sont pas présents à nos côtés. Que nous soyons seuls ou non, nous pouvons nous porter les uns les autres dans la prière commune au cours de ce mois.

Bel été à chacun !