Commentaire de la couverture

Je vous annonce une vraie bonne nouvelle ! par Pierre-Marie Varennes

Cet ange, peint à fresque au xve siècle, provient de la chapelle San Michele de Castirla, située dans le nord de l’île de Beauté (Corse). Son style est unique, alliant le hiératisme d’une résurgence romane, voire byzantine, à la fraîcheur émouvante d’une expression populaire locale très originale. L’ange tient en main le livre de la Bonne Nouvelle : il représente l’évangéliste saint Matthieu. Les Pères de l’Église ont donné à Matthieu soit le symbole de l’homme – parce que son livre s’ouvre par la généalogie humaine de Jésus (Mt 1, 1-17) –, soit le symbole de l’ange parce qu’après la généalogie de Jésus vrai homme, le récit proprement dit commence par l’apparition d’un ange à Joseph, ange dont le message révèle l’engendrement de Jésus vrai Dieu (Mt 1, 20-21). Et c’est encore un ange qui, dans l’Évangile selon saint Matthieu, vient annoncer la plus bouleversante nouvelle de l’histoire de l’humanité : « Soyez sans crainte ! Je sais que vous cherchez Jésus le Crucifié. Il n’est pas ici, car il est ressuscité, comme il l’avait dit » (Mt 28, 5-6). L’Évangile selon saint Matthieu est au plus haut point celui qui annonce une grande et bonne nouvelle, celle de l’avènement du royaume de Dieu. Ce Royaume – appelé aussi « royaume des Cieux » – est inauguré sur Terre par l’accomplissement parfait des Écritures en la personne de Jésus, le Christ, véritable « Dieu-avec-nous ». Accomplissant et sublimant la figure de Moïse, Jésus libère l’humanité de l’esclavage du péché et la guide sur le chemin du seul vrai bonheur : la béatitude céleste qui sera parfaite communion de tous, en Dieu, pour les siècles des siècles. Pour accéder à cet accomplissement sublime de la vie humaine – désiré par le Créateur dès la fondation du monde –, il reste à chacun, au prix de renoncements et de sacrifices, à traverser victorieusement le désert de l’existence terrestre en devenant un membre digne et fidèle de l’Église, la nouvelle Arche du salut, qui est en quelque sorte, jusqu’à la fin des temps, le vaisseau prodromique du Royaume.   

Pierre-Marie Varennes

Un ange (symbole de saint Matthieu), xve siècle, Castirla (Haute-Corse), fresque de la chapelle San Michele. © Clément Guillaume / La Collection.