Commentaire de la couverture

Et la lumière luit dans les ténèbres par Pierre-Marie Varennes

De nouveau en couverture de votre Magnificat, voici une œuvre de Philippe de Champaigne (1602-1674), le plus français des peintres, au sens où il fut – à la fois – un des inspirateurs et un des interprètes du grand siècle des âmes, l’heure inégalée de la France éternelle.

Prenez le temps de longuement contempler ce motif principal de son Adoration des bergers. N’en doutez pas, à cette adoration sont venus se joindre Monsieur Vincent, Bérulle, Monsieur Olier, Condren, Jean-Eudes, Grignion de Montfort, Pascal et Bossuet ! Vous êtes en bonne compagnie. Entrez dans leur sens de la transcendance, en vous laissant envelopper, comme l’enfant Jésus, par le bleu tout surnaturel du manteau de la Vierge Marie. Revenez vite sur terre, c’est là que l’événement divin se passe ! Laissez-vous guider par la main de saint Joseph, une main noueuse de travailleur, de charpentier, une main qui fait toujours le geste juste. Restez sur terre pour adorer ce qu’elle désigne aux bergers : la vraie Lumière, qui éclaire tout homme en venant dans le monde (Jn 1, 9). Et effectivement, la lumière de l’enfant déchire les ténèbres, elle éclaire Marie et Joseph. Soyez, vous aussi, de ceux qui ont saisi cette lumière, et qui se laissent éclairer par elle. Admirez le visage de la Mère de Dieu, un visage parfaitement illuminé, sans ombre, qui n’est plus celui d’une jeune fille mais déjà celui d’une belle dame, de Notre Dame. Comme elle, ayez toujours la main sur le cœur, c’est-à-dire proche de Dieu, lui consacrant tous les événements de votre existence, ici votre joie, une joie qui dépasse le monde.

Méditez enfin sur votre condition humaine, avec la couleur du manteau de Joseph. Le jaune brun est la couleur du péché originel, de la faiblesse humaine, la couleur de la poussière d’où nous venons et où nous sommes condamnés à retourner. Mais voici que, tout à coup, ce jaune terreux brille comme l’or, comme si notre nature humaine était habitée par une lumière resplendissante, une lumière divine. Et elle l’est ! 

 

Pierre-Marie Varennes

L’Adoration des bergers (détail, v. 1645), Philippe de Champaigne (1602-1674), Londres, Wallace Collection. © Dist. RMN-GP / The Trustees of the Wallace Collection.