Facebook Pixel

La couverture du mois

Epoux chrétiens par Pierre-Marie Varennes

Jean de Flandres (v. 1455-v. 1515) fut le peintre officiel d’Isabelle la Catholique (1451-1504), reine de Castille et unificatrice de l’Espagne avec son mari Ferdinand d’Aragon. À la fin de sa vie, pour servir de retable à son oratoire personnel, Isabelle lui commande quarante-sept petits tableaux (21 x 16 cm) retraçant les épisodes de la vie de Jésus. Bon nombre de ces tableaux furent, hélas, dispersés après la mort de la reine, de sorte qu’il n’en reste aujourd’hui que vingt-cinq, attribués avec certitude à Jean de Flandres. Celui qui orne la couverture de votre MAGNIFICAT, Les Noces de Cana, se trouve maintenant au MET de New York. Ici, les jeunes mariés reprennent les traits du prince Jean d’Aragon – héritier des rois catholiques Ferdinand et Isabelle – et de Marguerite d’Autriche. Leur mariage, célébré en 1497, avait ravi le cœur des souverains et émerveillé l’Espagne. Il a 19 ans, elle a 17 ans. Dès leur rencontre, pourtant « arrangée », c’est le coup de foudre. Hélas, après six mois d’un amour passionné qui devint légendaire, Jean meurt subitement au cours d’un voyage.

Voici donc les deux charmants mariés, assis de face à la table du banquet. À leur droite, Marie, en vêtements de veuve, Joseph n’étant pas cité comme invité dans le récit évangélique. Les mains jointes et le regard suppliant, elle intercède auprès de son divin fils. Intercession efficace puisqu’à ses côtés, Jésus bénit l’eau qu’un serviteur verse dans une jarre. Et cette eau fut changée en vin. La morale de ce petit tableau de dévotion domestique est claire : sur l’intercession de la Vierge Marie, les époux chrétiens sont invités par Jésus à remplir – à ras bord – leur vie d’amour humain afin que, par le sacrement de mariage, l’amour qui les unit soit élevé au rang d’amour divin.

Les Noces de Cana (v. 1500-1504), Juan de Flandes (v. 1460-1519), The Metropolitan Museum of Art, New York, NY, USA.

Photo : Domaine public.