Commentaire de la couverture

La victoire de la vie sur la mort par Pierre-Marie Varennes

Si les catacombes pouvaient, à l’occasion, servir de refuge pendant les persécutions, elles étaient d’abord des cimetières communautaires, les seuls lieux dédiés qui, jusqu’au règne de Constantin, assuraient la visibilité de l’Église. Située au sud-est de Rome, au-delà de ses murailles, la catacombe des Saints-Pierre-et-Marcellin s’étend sur trois hectares et compte plus de quatre kilomètres de galeries souterraines réparties sur trois niveaux, avec nombre de salles et de chapelles. Au moins vingt mille défunts y ont été ensevelis du milieu du iiie siècle à la fin du ive siècle. On a retrouvé une soixantaine de telles catacombes autour de la ville de Rome. Cependant, celle-ci est remarquable par ses fresques, qui ont conservé une fraîcheur étonnante, comme en témoigne celle reproduite en couverture de votre Magnificat.

Voici donc Noé, représenté au moment où la colombe lui revient porteuse d’un rameau d’olivier, attestant que la Terre a repris vie après qu’elle fut submergée par le Déluge. Le patriarche est clairement représenté en tant qu’il est une figure éminente du Christ Jésus : il fait irruption de l’Arche après avoir défié la mort, exactement comme Jésus fera irruption du tombeau après avoir traversé la mort, victorieusement. Cette iconographie inspirera au long des siècles, et spécialement à la Renaissance, les représentations de la Résurrection.

Comme le rappelle la bénédiction de l’eau baptismale, Noé préfigure l’avènement du Fils de l’Homme : « Père infiniment bon, par les flots du Déluge, tu annonçais le baptême qui fait revivre, puisque l’eau y préfigurait également la mort du péché et la naissance de toute justice. » Ainsi, quand Noé sauve l’humanité, en construisant l’Arche, Jésus la sauvera définitivement en fondant l’Église. Ainsi, quand Noé scelle la première Alliance avec Dieu, Jésus, lui, scellera l’Alliance définitive, nouvelle et éternelle. 

 Pierre-Marie Varennes

Le retour de la colombe à l’arche de Noé, fresque, IIIe s., Rome, Catacombes des Saints Pierre et Marcellin. © akg-images / André Held.