Facebook Pixel

Des idées pour célébrer

Couverture mois aout

La rubrique « Des idées pour célébrer » est en cours de refonte. En attendant, nous vous présentons, pour chaque dimanche ou solennités, des propositions issues d’articles déjà parus dans Magnificat. Des nouvelles idées pour célébrer seront disponibles dans quelques semaines.



Pour télécharger le PDF pour Août : cliquez ici.

Pour télécharger le PDF pour Septembre : cliquez ici.

Vincent Decleire

Dimanche 21 août 2022 – 21e dimanche ordinaire

« N’y a-t-il que peu de gens qui soient sauvés ? » (Évangile) Quel contraste dans la réponse ! Efforcez-vous d’entrer par la porte étroite. Ne te décourage pas quand [le Seigneur] te fait des reproches (2e lecture). Car Dieu a des projets immenses : On viendra de l’orient et de l’occident, du nord et du midi, prendre place au festin dans le royaume de Dieu (Évangile), hommes de toutes les nations, de toute langue (1re lecture). Et chacun s’émerveillera : Éternelle est la fidélité du Seigneur ! (Ps 116).

Ouverture de la célébration

Si l’on ne privilégie pas le chant d’entrée commun, Dans la joie de partager A127-A (MNA 47.13) nous fait dire : « Seigneur, rassemble tous les hommes pour le festin du Royaume. » Les tropaires De l’orient et de l’occident XD44-46 de H. Dumas, avec une 2e voix, ou XD44-46-2 de J. Gelineau, ou Ils viendront nombreux AX64-03 (Union Sainte-Cécile) seront adaptés à une longue procession d’entrée.

Liturgie de la Parole

Le psaume 116 est le plus court de la Bible. Profitons de la proposition d’une psalmodie alléluiatique avec la version ZL116-14 de P. Robert (Psaumes des dimanches, fêtes et solennités, C, de Magnificat), ou le ton E de MNA (p. 74), ou le n° 199 du Psautier des dimanches, année C, d’Église qui chante. Une mise en œuvre plus classique utilisera la nouvelle antienne ou la version de M. Wackenheim.

L’Alléluia « irlandais » (CNA 215-37) sera précédé de son invitatoire Louez Dieu, tous les peuples ! U622 [C201].

Les intentions confieront au Seigneur les peuples des îles lointaines, les nations les plus éloignées (1re lecture), avec, par exemple : « Fais venir ton règne au milieu de nous ! » (MNA 24.52).

Liturgie eucharistique

Comme l’offrande qu’apportent les fils d’Israël, dans des vases purs, à la maison du Seigneur (1re lecture), une procession des offrandes sera bienvenue en ce dimanche, accompagnée de l’orgue ou d’autres instruments, ou du canon Dieu notre Père, voici le pain B57-30 de G. Notebaert.

L’antienne de communion, « Qui mange ma chair et boit mon sang » suggère le chant bien connu D290 (CNA 343), avec un bon soliste. Durant la procession de communion La Sagesse a dressé une table D580 [SYLF502] (CNA 332) : « Elle invite les hommes au festin. » En action de grâce, le choral Peuples, criez de joie MY27 (CNA 579) soutiendra une louange unanime.

Envoi

La prière sur le peuple 16 demande : « Daigne purifier et instruire [ton peuple en prière]. » Pour laisser éclater la louange, les refrains de Taizé Laudate Dominum (CNA 764) ou « Laudate omnes gentes » (cf. Ps 116). Autre possibilité : Allez par toute la terre TL20-76 (CNA 533, v. 4). L’organiste pourra conclure avec le prélude de choral Christum wir sollen loben schon BWV 611 de Bach.

.

Claire Balanant

Dimanche 28 août 2022 – 22e dimanche ordinaire

Aujourd’hui, la liturgie nous invite à avoir une attitude d’écoute face à Dieu et à nos frères, et à entrer dans l’univers de la gratuité miséricordieuse (Évangile) à la suite du Christ, médiateur d’une alliance nouvelle (2e lecture). La communauté paroissiale se reforme après la dispersion estivale ; chantons tous d’un même cœur, d’un même souffle avec des chants que nous connaissons bien et qui nous aideront à faire corps.

Ouverture de la célébration

Pour la procession d’entrée, Peuple de Dieu, marche joyeux K180 (CNA 574, c. 2, 3 et 11), ou Chantons avec toute l’Église M26-03 (Voix nouvelles 79 ; Signes Musiques 94) : « Entrons au cœur de son alliance où la vie de Dieu jaillit pour tous. » Conviennent aussi le tropaire Disciples de Jésus X979 [D291] (Signes Musiques 42 et 149) : « Vous êtes invités […]. Venez, venez ! » ; Pour l’amour de cet homme WP28-47-1 (Voix nouvelles 27 ; livret Ancoli 2015) ; Écoute la voix du Seigneur X548 (CNA 761). Pour les chants de l’ordinaire, choisir un même corpus pour tout le mois de façon à raffermir la voix de l’assemblée et à faciliter l’intégration des nouveaux arrivants.

Liturgie de la Parole

En chantant le psaume 67, nous rendons grâce pour les merveilles que le Seigneur fait pour nous, lui qui n’oublie ni l’orphelin, ni la veuve, ni l’isolé, ni le captif, ni le pauvre. Pour la prière universelle, conviendrait bien un refrain comme « Seigneur, en ta tendresse, écoute et prends pitié », sur l’air d’un choral de Bach, ou « Dieu de tendresse, souviens-toi de nous » U629 [Y55] (CNA 231-4).

Liturgie eucharistique

Pendant la procession de communion, Je suis doux et humble de cœur D53-50 (Signes Musiques 99) de P. Robert avec son refrain : « Venez à moi, vous tous qui peinez […], prenez sur vous mon joug », qui reprend le verset de l’Alléluia, ou Celui qui aime son frère D32-89 (Voix nouvelles 55), avec ses versets tirés de saint Jean sur l’amour. Si l’orgue joue pendant la communion, on peut ensuite chanter l’hymne En accueillant l’amour DP126 (CNA 325 ; Voix nouvelles 69), l’alternance soliste assemblée permettra à tous de chanter ; ou la version de J. Berthier DP 379 (Signes Musiques 18 ; livret Ancoli 2015) avec une polyphonie à trois voix égales.

Envoi

Si cela convient, pendant la procession de sortie Avance au large T44-28 (Voix nouvelles 33), ou Peuple de Dieu, marche joyeux K180 (CNA 574, c. 15).

Dimanche 4 septembre 2022 – 23e dimanche ordinaire

En ce dimanche où la communauté paroissiale se retrouve et où les activités diverses sont relancées, tournons-nous vers le Seigneur. Alors que nous nous apprêtons à reprendre nos services et engagements, qu’il consolide pour nous l’ouvrage de nos mains (Ps 89, 17). Prenons le temps de nous accueillir et de faire la connaissance des nouveaux arrivants.

Ouverture de la célébration

Pour la procession d’entrée, si on dispose d’un groupe de chanteurs, le tropaire Pour avancer ensemble KD20-38-1 (CNA 524 ; Voix nouvelles 31 et 49 ; livret Ancoli 2011) qui ouvrira l’année avec dynamisme. Pour une mise en œuvre plus simple, on préférera Dieu nous a tous appelés KD14-56-1 (CNA 571 ; Voix nouvelles 22 ; Signes Musiques 23 et 71), qui nous invite à « former un seul corps baptisé dans l’Esprit ». Ou reprenons le même chant d’entrée que dimanche dernier.

Liturgie de la Parole

Laissons-nous toucher par les phrases simples et si évocatrices de notre condition humaine qui scandent le psaume 89 : À tes yeux, mille ans sont comme hier, c’est un jour qui s’en va, une heure dans la nuit, et chantons notre confiance en Dieu, lui qui veille sur nous, nous apprend la sagesse et nous rassasie d’amour ; il est notre refuge. Nous l’avons chanté le 18e dimanche ordinaire (le 31 juillet dernier), et nous le retrouvons à l’identique ce dimanche : on peut adopter une forme directe avec l’antienne au début et à la fin, et une psalmodie alternée psalmiste assemblée, ou nef gauche nef droite, deux stiques par deux stiques. Pendant la prière universelle, nous prions pour l’humanité, pour l’Église, et pour notre communauté ; demandons que vienne sur nous la douceur du Seigneur notre Dieu ! (Ps 89, 17).

Liturgie eucharistique

Pendant la procession de communion, Partageons le pain du Seigneur D39-31 (CNA 342) dont les versets sont une invitation à prendre le chemin avec Jésus : « Venez à moi vous tous qui… » ; ou La Sagesse a dressé une table D580 [SYLF502] (CNA 332), non seulement parce que le refrain évoque la Sagesse en écho à la 1re lecture : Ainsi les hommes […] par la Sagesse ont été sauvés, mais également parce que les couplets de ce chant sont tirés du psaume 33, traditionnellement chanté au moment de la communion. On peut également prendre le psaume lui-même avec l’antienne : « Goûtez et voyez comme est bon le Seigneur » en choisissant un ton à 4 stiques.

Envoi

Si le redémarrage du catéchisme est annoncé ce dimanche, on procédera à la bénédiction et à l’envoi en mission des catéchistes (voir le Livre des bénédictions). La procession de sortie sera alors accompagnée par Allez par toute la terre TL20-76 (CNA 533 ; Voix nouvelles 23 ; Signes Musiques 30 et 122) ou par le même chant que dimanche dernier.

Dimanche 11 septembre 2022 – 24e dimanche ordinaire

Seigneur, ouvre mes lèvres, et ma bouche annoncera ta louange, dit le psaume 50. Qu’en ce dimanche, telle soit notre attitude devant l’œuvre de Dieu qu’énoncent les paraboles évangéliques. Oui, il y a de la joie devant les anges de Dieu pour un seul pécheur qui se convertit, alors n’hésitons pas à chanter avec un cœur purifié l’amour infini et la miséricorde de Dieu.

Ouverture de la célébration

Pour la procession d’entrée : Christ, le Fils du Père GY50 (CNA 413 ; Voix nouvelles 57) dont les couplets 3 et 4 évoquent le pardon du Seigneur (la brebis perdue, le fils prodigue) ; ou Dieu riche en miséricorde GY50-63 (Voix nouvelles 47 et 102) : « Tu ouvres tes bras au prodigue » ; ou Vous tous qui peinez U13-21 (CNA 700) : « Venez au Seigneur, il vous pardonnera, alléluia ! »

Pour la préparation pénitentielle, on peut prendre Tu es venu réconcilier tous les hommes (Voix nouvelles 101) qui reprend le texte du Missel : « Seigneur Jésus, tu es venu réconcilier tous les hommes avec ton Père et notre Père, béni sois-tu ! Kyrie eleison » ; la partie du soliste est délicate et demande une grande attention, mais l’assemblée n’aura pas de mal à répéter : « Béni sois-tu » et « Kyrie eleison. »

Liturgie de la Parole

Le psaume 50 prolonge la prière de Moïse évoquée dans la 1re lecture et demande à Dieu de prendre pitié de nous, en raison de son amour ; c’est aussi une réponse de confiance que nous lui adressons avec enthousiasme avec l’antienne : « Oui, je me lèverai et j’irai vers mon Père » (voir n° de septembre, p. 129). Ce psaume est aussi en relation étroite avec l’Évangile : c’est en toute confiance que nous pouvons nous reconnaître pécheurs, car nous sommes sûrs de l’amour miséricordieux du Père. Pour l’antienne, si l’on préfère prendre le refrain bien connu G48 (CNA 423), on veillera à prévoir un ton psalmique adapté ; l’organiste pourra fournir un ton qui convienne.

Liturgie eucharistique

Pendant la procession de communion, Qui mange ma chair D290 (CNA 343 ; Voix nouvelles 83), ou l’hymne de l’Année de la miséricorde Misericordes sicut Pater (Voix nouvelles 99). En action de grâce, Tenons en éveil Y243 [C243] (CNA 591 ; Signes Musiques 33 et 148) : « Notre Dieu fait toujours ce qui est bon pour l’homme […], gardons au cœur le souvenir de ses merveilles » ; ou l’hymne En accueillant l’amour DP126 (CNA 325 ; Voix nouvelles 69), ou la version de J. Berthier DP379 (Signes Musiques 18 ; livret Ancoli 2015).

Envoi

Si un chant accompagne la procession de sortie, prenons Jubilez ! Criez de joie Y68-11 (Voix nouvelles 71-72, Signes Musiques 117), ou Jubilez, criez de joie U52-42 (Voix nouvelles 80) du répertoire de Sainte-Anne d’Auray.

Dimanche 18 septembre 2022 – 25e dimanche ordinaire

Dans le prolongement de la parole du fils prodigue de dimanche dernier, nous sommes appelés à nous confronter à la question de la richesse et de la pauvreté : on ne peut servir à la fois Dieu et l’argent (Évangile). Alors, comment pouvons-nous nous mettre au service de Dieu, au service de nos frères, et suivre le chemin de vie qu’indique le Christ ?

Ouverture de la célébration

Pour la procession d’entrée, prenons ou reprenons Dieu riche en miséricorde GY50-63 (Voix nouvelles 47 et 102) : « Ton cœur de Père déborde de la richesse du pardon […], amour infini, béni sois-tu. » Si la procession est suffisamment longue pour permettre à ce chant de se déployer, prendre À ce monde que tu fais RT146-1 (CNA 526) : « Viennent les cieux nouveaux et la nouvelle terre où la justice habitera. » Convient aussi Dieu nous éveille à la foi IA20-70-3 (CNA 546 ; Voix nouvelles 24 et 69) : « Dieu nous convoque […], Dieu nous invite », qui peut être repris plusieurs dimanches de suite ; ou encore Appelés pour bâtir le Royaume TK51-32 (Voix nouvelles 53 ; livret Ancoli 2011), avec le couplet 2 : « Les pauvres sont rois du festin […] car son amour travaille dans nos vies […]. Face aux puissances de l’argent, chantez la joie d’être envoyés ! »

Liturgie de la Parole

Le psaume 112 invite à contempler le Seigneur et sa manière d’agir, de la poussière il relève le faible, et à le louer avec ferveur : « Louez le nom du Seigneur ! » (voir n° de septembre, p. 244). La 2e lecture est une magnifique introduction pour la prière universelle : J’encourage, avant tout, à faire des demandes, des prières, des intercessions et des actions de grâce pour tous les hommes, pour les chefs d’État. À la suite de Paul, n’hésitons pas à prier avec persévérance. On pourrait choisir aujourd’hui de chanter les intentions de prière avec la grande Prière litanique du pape Gélase B19-bis (CNA 231-22), ou Écoute-nous, Dieu très bon U[Y]21-82 (CNA 231-5).

Liturgie eucharistique

L’orgue peut accompagner la procession de communion. Si nous chantons, pensons à : N’oublions pas les merveilles de Dieu ZL33-34 (livret Ancoli 2011), avec des versets tirés du psaume 33 comme : « Que les pauvres m’entendent et soient en fête ; Qui cherche le Seigneur ne manquera d’aucun bien ; Goûtez et voyez : le Seigneur est bon » ; ou bien En marchant vers toi, Seigneur D380 (CNA 326 ; Voix nouvelles 91). Si l’orgue a joué pendant la communion, le psaume 112 permettra de rendre grâce avec une version pleine d’allant non psalmodiée, ponctuée d’alléluias : Louez, serviteurs du Seigneur Z112-2 (CNA 567 ; Voix nouvelles 71-72). On peut aussi chanter Par la musique et par nos voix Y43-38 (CNA 572 ; Voix nouvelles 30 ; Signes Musiques 130) sur l’air bien connu de Schütz.

Dimanche 25 septembre 2022 – 26e dimanche ordinaire

En ce dimanche, les lectures nous invitent à réfléchir sur la vie que nous menons : ne pas miser sur de fausses valeurs ; rechercher la justice ; mener le bon combat, celui de la foi. Les richesses ne nous assurent pas la vie éternelle, or nous sommes appelés à cette vie éternelle. Mettons-nous au service des pauvres, à l’image de ce que le Seigneur fait pour nous (Ps 145).

Ouverture de la célébration

Pour la procession d’entrée, nous pouvons chanter Pour accomplir les œuvres du Père K234-2 (Signes Musiques 20) : « Pour assembler les pierres vivantes sur la pierre angulaire où se construit l’Église […], l’Esprit nous appelle à vivre aujourd’hui de la vie de Dieu » ; Laisserons-nous à notre table D577 [E161] (CNA 697) ; ou, comme dimanche dernier, À ce monde que tu fais RT146-1 (CNA 526) ; ou encore Chantons avec toute l’Église M26-03 (Voix nouvelles 79 ; Signes Musiques 94) : « Au souvenir des merveilles de Pâques […], ta résurrection fortifie notre espérance. » Convient aussi Ouvre mes yeux, Seigneur GP79-1 (CNA 424) « aux merveilles de ton amour ». Le psaume 145 prendra en charge l’énumération de ces merveilles pendant la liturgie de la Parole.

Liturgie de la Parole

Avec le psaume 145, nous proclamons les merveilles que le Seigneur fait pour nous, en chantant soit la version avec l’antienne (voir infra p. 398), soit la version avec une formule alléluiatique de P. Robert ZL145-39 dans Psaumes des dimanches, fêtes et solennités, Magnificat, ou bien la version d’O. Ségur (Voix nouvelles 100) ou celle de T. Ospital (Ancoli 2015). Pour l’acclamation à l’Évangile, prendre une proposition très festive comme Alléluia (CNA 215-23 ; Voix nouvelles 73) de J.-P. Cap, où l’assemblée répète chaque alléluia après le chantre.

Liturgie eucharistique

Pour accompagner la communion, le tropaire Voici le pain partagé D14-42 (CNA 348 ; Voix nouvelles 77 ; Signes Musiques 88), avec son refrain : « Recevez le corps du Christ, devenez le corps du Christ », ou Nous formons un même corps D105 (CNA 570 ; Voix nouvelles 93 ; Signes Musiques 95) : « Et Jésus Christ est la tête de ce corps : l’Église du Seigneur », avec ses couplets 5, 7, et 8. En action de grâce, En accueillant l’amour DP126 (CNA 325 ; Voix nouvelles 69/70) ou dans la version de J. Berthier DP379 (Voix nouvelles 82) : « Et nous aurons la joie de partager le pain avec les pauvres de la terre. »

On peut aussi reprendre le psaume 145 dans la version en canon de J. Berthier, Chante, ô mon âme, la louange du Seigneur ZL145-19 (Voix nouvelles 85). Pour faciliter le chant de l’assemblée, on répétera chaque phrase après le soliste avant de chanter l’ensemble de la mélodie plusieurs fois, comme un ostinato, et si l’assemblée le peut, elle chantera ensuite en canon.


  • CNA : Chants notés de l’assemblée.
  • MNA : Missel noté de l’assemblée.

 

Transfiguration du Christ, attribué à Barna da Siena (actif entre 1330 et 1350), San Gimignano (Italie), Collegiata di Santa Maria Assunta. © Bridgeman Images.