Facebook Pixel

Des idées pour célébrer

Décembre

« Des idées pour célébrer » fait peau neuve pour vous présenter des propositions inédites, avec des renvois sur internet offrant des exemples de mise en œuvre.



Pour télécharger le PDF pour Décembre : cliquez ici.



P. François-Xavier Ledoux

I. Présentation générale

Depuis la semaine dernière, la liturgie de l’Avent trace pour nous un chemin de vie qui doit nous conduire à célébrer la naissance du Christ, en vérité. C’est pourquoi, si nous voulons pouvoir alors l’accueillir et l’adorer comme Parole de vie et de vérité dans nos existences, nous sommes appelés à convertir notre cœur pour d’abord nous accueillir les uns les autres comme le Christ nous a accueillis pour la gloire de Dieu, selon l’exhortation de l’apôtre Paul (2e dimanche de l’Avent) : en effet, pas de paix ni de salut possible sans, - au seuil et au cœur de toute célébration comme de toute communauté chrétienne -, cet accueil inconditionnel, bienveillant et rempli de la miséricorde de Dieu pour tous.

C’est cet accueil inconditionnel qui nous mettra alors au diapason de la joie de Noël qui s’approche, comme le chante le 3e dimanche de l’Avent : Gaudete…, « Réjouissez-vous ! », chantait l’ancien introït ; le désert et la terre de la soif, qu’ils se réjouissent, s’exclame le prophète Isaïe (1re lecture). Joie d’un temps marqué par le désir de ce qui nous manque, de ce qui n’est « pas encore » mais qui sera « bientôt-là », la venue de notre Seigneur Jésus Christ, lumière éternelle et paix définitive.

Joie aussi d’être conduit à la contemplation du commencement de la vie terrestre du divin Sauveur en Marie (4e dimanche de l’Avent), et de s’ouvrir à l’étrangeté de ce mystère, à jamais insondable, des origines de l’Autre en elle, en nous : « Semence éternelle en mon corps / Vivante en moi plus que moi-même… » (D. Rimaud, Lumière pour l’homme aujourd’hui).

C’est pourquoi, à Noël, nous ne fêterons « pas l’anniversaire d’une naissance, mais l’avènement aujourd’hui du Seigneur ressuscité, dans l’espérance de sa glorieuse manifestation… Le rappel de la naissance du Christ avive notre foi au réalisme de l’incarnation : Jésus, vrai Dieu, est aussi vrai homme. Mais il est homme pour la Pâque. Noël est en attente de Pâques » (J. Thunus).

II. Répertoire commun

Plusieurs chants communs pourront marquer les dimanches de l’Avent :

- Encore un peu de temps EP [PLH] 168 (CNA 367 ; promotion CELPS 1996 ; https://youtu.be/c1D7-WWjUE4).

- Le Seigneur vient EX [E] 10-63 (CNA 361 ; promotion CELPS 1997 ; https://youtu.be/T5q_DJ-1QRk) ;

- Quand le Seigneur se montrera EP [E] 117 (CNA 581 ; https://youtu.be/TGasr_gUElY)

- Toi qui viens pour tout sauver EP [E] 68-a/b (CNA 374 ; https://youtu.be/Sze1guAD6yk) ;

- Viens, Seigneur, ne tarde plus ! E57-31 (https://youtu.be/VlStK8jJJVk)

- Voici le temps du Salut E602 (IEV 08-60 ; https://youtu.be/tF5qm1XDuDs et http://www.exultet.net/eshop/media/music_samples/M001115-03s.mp3)

 

Pour le temps de Noël, deux chants possibles favoriseront son unité :

- À pleine voix, chantons pour Dieu F180 (https://youtu.be/dFub7yfBdFw),

- Peuple fidèle F5 (CNA 402 ; https://youtu.be/I3wMnWXSNJQ)

III. Au fil des célébrations

2e dimanche de l'Avent – 4 décembre 2022 

Ouverture de la célébration

Si l’on n’a pas retenu de chant d’entrée commun aux dimanches de l’Avent (voir suggestions ci-dessus), Aube nouvelle E130 (CNA 363) conviendra particulièrement bien, ainsi que Préparez le chemin du Seigneur E13-95 (CNA 371 ; promotion CELPS 1996), ou Voici le temps du salut E602. Pour la préparation pénitentielle, là où l’on a choisi de préférence de chanter un même ordinaire pour tout l’Avent, on se réfèrera aux propositions du 1er dimanche de l’Avent : Messe de saint Jean-Baptiste AL539 ou Messe de l’Avent AL72-22 (Voix nouvelles 111) ; sinon, on pourra prendre la litanie Seigneur Jésus, vivante image du Père (CNA 178) : « Ô Christ, né de la Vierge Marie (…), venu nous promettre la paix… ».

 

Liturgie de la Parole

Pour le psaume 71, outre la version » proposée p. 47 de votre Magnificat (voir aussi Voix nouvelles 101), Heureux le bâtisseur de la paix ZL71-2 sera également possible avec un petit chœur. De même, l’antienne « Voici venir un jour sans fin de justice et de paix » de M. Godard pourra convenir également (CNA, p. 88, ou Psautier Église qui chante, année A, n° 11). Pour l’acclamation à l’évangile, outre les possibilités proposées dimanche dernier, on pourra choisir aussi entre Alléluia pour les dimanches de l’Avent EU48-13 (Voix nouvelles 41), ou bien Alléluia, Bonne Nouvelle (Messe de saint Jean-Baptiste), AL539 [U148] (CNA 215-3). Si l’on a besoin d’un chant à la Parole, Es-tu celui qui doit venir ? EP47-41-8 (Voix nouvelles 1 et 81) nous fera méditer le texte de l’évangile, ainsi que celui de dimanche prochain.

 

Liturgie eucharistique

Les chants de l’ordinaire seront, de préférence, ceux retenus dimanche dernier, pour unifier l’Avent : Sanctus XVIII grégorien (CNA 241), Saint, le Seigneur AL52-77-15 (CNA 248 ; Voix nouvelles 86) ou Sanctus (Messe de l’assemblée) AL47-47 (Voix nouvelles 31) ; pour l’anamnèse : Proclamons le mystère de la foi CL3 (CNA 266), avec la mention : « Viens, Seigneur, Jésus ! » ; et, pendant la fraction du pain : Agneau de Dieu AL200 (CNA 304), ou Agnus Dei XVII grégorien (CNA 291).

Après la communion, et en écho à la Parole, l’hymne méditative Vienne la rosée sur la terre EP103 [ELH103] (CNA 376) sera la bienvenue ; on pourra penser aussi à Vienne la paix M150-1 [T150-1] (CNA 771) qui reprend la lecture d’Isaïe et ouvrira la célébration sur un appel à la paix de Dieu sur notre terre et pour les nations (c. 2 et 4). S’il n’a pas été pris à l’ouverture, Quand le Seigneur se montrera EP [E] 117 (CNA 581) conviendra bien également.

 

Envoi

Après la bénédiction finale, et pour nous préparer à la fête de l’Immaculée Conception, un chant à Marie pourra être bienvenu : Toi qui ravis le cœur de Dieu VP136-2 (CNA 372 ; promotion CELPS 1999) ou Je vous salue, Marie dans l’une de ces trois versions : V15 (CNA 621), V22-67-13 (CNA 622 ; promotion CELPS 1998) ou DEV440.

3e dimanche de l'Avent – 11 décembre 2022 

Ouverture de la célébration

Joie sur terre E32 est sans doute le chant de ce dimanche, avec son mode de ré si caractéristique, ou bien Joie au ciel EX [E] 33, ou encore Danse de joie, cité de paix F20-52 (CNA 365), étant bien entendu que les chants communs retenus au début de l’Avent sont toujours possibles (voir propositions ci-dessus). Avec la présence d’un chœur, on pourra aussi chanter Le salut brillera E52-32 (Voix nouvelles 51) qui se termine par cette litanie « Viens, Seigneur Jésus, viens ! » Pour les chants de l’ordinaire, on prendra de préférence le répertoire commun retenu au début de l’Avent (voir propositions ci-dessus).

 

Liturgie de la Parole

Pour le psaume 145, on se reportera à la version ZL145-35 proposée p. 131 de votre Magnificat, avec l’antienne « Viens, Seigneur, et sauve-nous ! », ou bien, sur ce même texte, à celle que propose le CNA (p. 174, n° 2), ou le Psautier Église qui Chante, année A, n° 14. Pour l’acclamation de l’évangile, on pourra chanter Alléluia pour les dimanches de l’Avent, année A, EU48-13 (Voix nouvelles 41) avec son verset propre. Le refrain de la prière universelle, selon la formulation de celle-ci, pourrait être celui de Réveille ta vaillance EA2 [E2] (CNA 231-13) : « Réveille ta puissance, Seigneur, viens-nous sauver », ou bien la courte litanie, « Sauve ton peuple, Seigneur ! » (CNA 231-14).

 

Liturgie eucharistique

Pour les chants de l’oridnaire, on se reportera aux propositions de dimanche dernier. Après la communion, plusieurs chants possibles pourront nourrir notre action de grâce : comme dimanche dernier, la belle litanie Vienne la paix sur notre terre M150-1 [T150-1], avec les couplets 1 et 6 qui redisent le texte d’Isaïe ; Vienne la rosée EP103 [ELH103] (CNA 373) fera aussi le lien entre dimanche dernier et ce dimanche consacrés à la figure de Jean-Baptiste : « Au désert un cri s’élève : préparez les voies du Seigneur » (strophe 1) et l’invitation à la joie : « Fille de Sion, tressaille, le Seigneur déjà vient vers toi » (strophe 2) ; ou encore, Joie au ciel, exulte la terre E255 (IEV 05-36).

4e dimanche de l'Avent – 18 décembre 2022 

Ouverture de la célébration

On choisira des chants qui nous feront sentir l’ardent désir de recevoir le Sauveur, comme Seigneur, venez E20 (CNA 373 ; promotion CELPS 1999), c. 1, 2 et 4, ou Viens pour notre attente E34 (CNA 377), ou Encore un peu de temps EP [PLH] 188 (CNA 367 ; promotion CELPS 1996), sans omettre la strophe 5. Mais on peut aussi conserver pour l’entrée le chant commun qui aura guidé l’assemblée durant tout l’Avent.

 

Liturgie de la Parole

« Qu’il vienne le Seigneur : c’est lui, le roi de gloire » ZL23-26 accompagne le psaume 23 dans la version proposée p. 240 de votre Magnificat ; mais, avec un texte identique, on peut se reporter aussi aux versions proposées par le CNA (p. 40, n° 1) et le Psautier Église qui chante, année A, n° 17. En ce jour si particulier, et en écho à l’évangile, on pourrait imaginer une homélie un peu brève mais inspirée du chant Lumière pour l’homme aujourd’hui EP [E] 63-1 (CNA 568), que l’assemblée pourrait ensuite reprendre avant de réciter le Credo : « Parole de Dieu dans ma chair… » (strophe 2).

 

Liturgie eucharistique

Pour la communion, un peu de musique instrumentale favorisera un climat de recueillement pour accueillir le Christ qui vient habiter en nous par son corps et son sang. En action de grâce, l’hymne mariale Toi qui ravis le cœur de Dieu VP136-2 [VLH136] (CNA 372 ; promotion CELPS 1999) trouvera toute sa place, ainsi que Comme elle est heureuse et bénie VP [V] 293-1 (CNA 618 ; promotion CELPS 1996), ou bien Tu as porté celui qui porte tout V44-77 (IEV 14-47) ; mais le Je vous salue, Marie V15 (CNA 621) ou V22-67-13 (CNA 622 ; promotion CELPS 1998) sera aussi tout à fait dans l’esprit de ce jour.

 

Envoi

On ne pourra terminer cette célébration et ce temps de l’Avent sans chanter Venez, divin Messie E9 (CNA 375), qui nous prépare si bien et nous ouvre déjà à la joie de Noël.

Nativité du Seigneur – 25 décembre 2022 

Ouverture de la célébration

On ne redira jamais assez que, compte tenu de l’assemblée souvent très particulière qui est présente lors des célébrations de Noël, il n’est pas du tout approprié de prendre des chants nouveaux ; bien au contraire, il faudra puiser le plus possible dans la mémoire de la longue et belle tradition des Noëls populaires, hérités des siècles passés, aux timbres si caractéristiques de la joie et de paix de la Nativité du Seigneur.

Ainsi, selon les célébrations, La voici, la nuit de Dieu F256 (promotion CELPS 1996) ou À pleine voix, chantons pour Dieu FP [F] 180-2SM constituent un très bon chant d’entrée par leur caractère festif et solennel, mais aussi Peuple fidèle F5 (CNA 402 ; ou bien, en latin, Adeste fideles, CNA 401), ou encore Chantons l’enfant qui nous est né F55 (CNA 395). Si l’assemblée est réduite ou si la messe a lieu tôt le matin, on préfèrera Aujourd’hui dans notre monde FP [F] 47 (CNA 801) ou Le jour de Dieu sur nous a lui F69, à l’ambiance musicale plus douce. À un rite pénitentiel sobre (comme la litanie Jésus, Emmanuel, CNA 382, ou Toi qui étais au commencement, CNA 383) succédera un Gloire à Dieu très festif et bien connu du plus grand nombre, comme AL40-83-22 (Voix nouvelles 40), ou AL23-09 (CNA 197), ou encore le Gloria VIII de la « Messe des Anges ». Ces chants de l’ordinaire seront bien sûr communs à tout le temps de Noël.

 

Liturgie de la Parole

Pour l’antienne du psaume, outre celle proposée p. 330 de votre Magnificat, Psaume 97 – Noël – Messe du jour ZL97-42, on pourra penser à Psaume 97 - Messe du jour de Noël ZL97-44 (Voix nouvelles 101), qui propose une harmonisation à quatre voix mixtes tirée de l’incipit de l’alléluia grégorien de la Nativité, mais aussi à celles du CNA : p. 118, n° 3, ou la très belle antienne « Un enfant nous est né, un fils nous est donné… », p. 119, n° 5. Pour l’acclamation à l’évangile, Alléluia, louez le Seigneur (CNA, p. 178) sera le bienvenu, ou Alléluia de Noël U13-74, ou encore Alléluia : Aujourd’hui la lumière a brillé UL31-13 (CNA 215-2).

 

Liturgie eucharistique

Le Sanctus retenu devra être lui aussi bien connu, comme celui de Saint-Séverin AL20 (CNA 247). Pour le chant de la fraction, Agneau de Dieu AL200 (CNA 304 ; promotion CELPS 1995). Le Verbe s’est fait chair F [D] 155 fera un très beau processionnal de communion, ainsi que Puisque Dieu nous a aimés M [F] 168. Si l’on préfère un chant méditatif en action de grâce après la communion, Nous te cherchions, Seigneur Jésus FP [F] 230-1 (promotion CELPS 2001) sera bien accordé à la célébration de la nuit : « Nuit de Noël ou nuit de Pâques… », ou bien Voici la paix sur nous EDIT14-76 [F213] ; le jour, Au commencement était le Verbe (Voix nouvelles 61), viendra en écho à l’évangile.

 

Envoi

Après la bénédiction solennelle (CNA 360-1), un Noël populaire sera évidemment le bienvenu comme Il est né le divin enfant F56 (CNA 397), ou Les anges dans nos campagnes F9 (CNA 399).


  • CNA : Chants notés de l’assemblée.
  • MNA : Missel noté de l’assemblée.

 

Marie, adorant l’Enfant Jésus (v. 1500-1510), Giovanni Ambrogio Bevilacqua (1474-1516), Gemäldegalerie, Alte Meister, Dresde, Allemagne. © BPK, berlin, dist. RMN-GP / Elke Estel / Hans Peter Klut.