Magnificat

Les trésors de la rédaction

Le cantique de Judith

Par Nathalie Nabert

Partager sur :

Le Cantique de Judith s’inscrit dans la tradition du Magnificat ou plutôt le précède avec une rare acuité dans l’invitation à l’exaltation.

Le Cantique de Judith proclame haut et fort la gratitude d’un peuple envers le Dieu de toute miséricorde. Il est le pendant, dans l’action de grâce, de la prière de supplication prononcée par Judith peu de temps auparavant alors qu’elle va risquer sa vie pour sauver les siens : « O Dieu, mon Dieu, exauce-moi, moi qui suis veuve » (Jdt5, 4). Mais dans la délicatesse de sa composition se laisse percevoir une histoire tragique, l’exaltation d’un sentiment et l’avènementd’une renaissance.

L’histoire de Judith et d’Holopherne a inspiré les poètes, les peintres et les musiciens par son exemplarité, comme Dante, Le Caravage et Vivaldi. Retenue dans les livres deutérocanoniques, l’histoire de la jeune veuve de la ville juive de Béthulie qui enivre le général Holopherne, séduit par sa beauté, dans le but de l’assassiner afin de libérer sa ville assiégée, est à la fois un épisode dramatique et un exemplum, au sens médiéval du terme, une histoire simple et édifiante dont l’enseignement éclaire et rectifie la vérité. De cette épopée guerrière placée sous l’autorité d’un Dieu briseur de guerres (v. 2) et de ce drame de la conscience d’un être de paix qui va se faire violence pour le bien commun, sort le triomphe de Judith, qui éclate en larmes de reconnaissance dans cet hommage de la création à Dieu.

Une composition sensible

Comme dans le psaume 33, le cœur qui s’exprime ici est dans tous ses états, mélange de louanges et de reconnaissance pour celui qui répond au pauvre qui crie (v. 7). Mais l’assemblage des versets retenus du dernier chapitre du Livre de Judith correspond à une logique compositionnelle qui met en lumière l’ardeur du chant et la quintessence d’une gratitude universelle valable encore et toujours pour nous aujourd’hui. En effet le long cantique sur lequel se referme l’histoire de Judith est abrégé, dépouillé en quelque sorte de sa facture originelle qui redit les événements historiques de son sacrifice et la haine des ennemis qui cherchent à briser l’unité de la nation. Il fallait donc conserver la profondeur de la reconnaissance et l’impulsion de la joie libérée des entraves, la joie dansante des hommes sauvés et débarrassés de leurs chaînes qu’expriment les premiers versets : Chantez pour mon Dieu sur les tambourins. Jouez pour le Seigneur sur les cymbales. De là, la coupure entre les versets 2 et 13 pour dessiner la légèreté de l’envol printanier de la création : Que ta création, tout entière, te serve (v. 14). La souffrance trouve sa résolution dans la fidélité à Dieu et l’espérance d’un autre jour.

Un renouveau

Vivre de Dieu n’est pas chose simple, vivre en Dieu est un absolu qui élargit notre ciel et confond notre humanité. Le Cantique de Judith s’inscrit dans la tradition du Magnificat où plutôt le précède avec une rare acuité dans l’invitation à l’exaltation : Marie dit alors : “Mon âme exalte le Seigneur, mon esprit exulte en Dieu mon Sauveur. Il s’est penché sur son humble servante ; désormais tous les âges me diront bienheureuse” (Lc 1, 46-48). Il y a là des correspondances humaines qui nous laissent abasourdis sur la révélation patiente de Dieu, Judith comme Marie boivent à la source : Je chanterai pour mon Dieu un chant nouveau (Jdt 13), Le puissant fit pour moi des merveilles ; saint est son nom (Lc 1, 49).

La confiance, la reconnaissance, la joie, le don de soi sont les piliers de la vie divine qui nous font renaître à chaque instant et nous remettent dans le projet de la création comme des enfants perdus et retrouvés qui n’en finiront jamais d’être accueillis, relevés et aimés pour leur nature faible, mais perfectible dès lors que le regard s’enchante de beauté et de bonté. François d’Assise dans son exhortation à la louange de Dieu qui embrasse la terre entière s’écriait : « Voici le jour que le Seigneur a fait, jour d’allégresse et jour de joie, […] Louez le Seigneur, car il est bon, toutes les créatures, bénissez le Seigneur. » Et la jeunesse de son propos qui rejoint celle de Judith et de Marie nous rafraîchit de l’inaltérable vérité de ceux qui ont vu Dieu et qui ont enluminé l’humanité de leur sagesse et de leur paix.

Partager sur :

Nathalie Nabert

Nathalie Nabert, laïque et mère de famille, est poète, doyen ­honoraire de la faculté des lettres de l’Institut catholique de Paris, professeur de littérature médiévale, fondatrice du CRESC, « Centre de recherches et d’études de spiritualité cartusienne », et de la ­collection « Spiritualité cartusienne » chez Beauchesne. MGF 254 janvier 2014

Autres articles

Mgr Timothy Verdon

La prière dans l'art

Dans un extraordinaire voyage à travers les siècles, monseigneur Timothy Verdon, directeur du département d’art sacré de l’archidiocèse de Florence, nous invite à redécouvrir avec émerveillement la manière dont les artistes ont dépeint la prière chrétienne à travers les âges.

Empruntez cette via pulchritudinis, ce “chemin de la beauté” proposé par les plus grands maîtres de la peinture et laissez votre propre prière s’en nourrir au fil des pages.

9 jours avec Saint Joseph

retraite en ligne

9 jours avec Saint Joseph

Chaque jour, laissons-nous guider par saint Joseph dans tous les aspects de notre vie !

Chaque matin, plongez au cœur de la lettre apostalique Patris corde.

Chaque soir, prenez le temps de méditer.